Close
site web 2017
Votre panier est vide.
Rechercher
Filters

Conseil Style Chemise et Pauvreté

  armoede

Chemises et pauvreté

 
Jusqu'à la seconde moitié du XIXe siècle - moment où la

machine à coudre

a été introduit - chaque vêtement était fait à la main par les femmes et à demeure.
Les dames de bonne réputation, de la bourgeoisie et des classes moyennes; tout le monde s’interéssaient aux chemises. Les riches cousaient de tels vêtements pour les plus pauvres comme une forme de charité. Les plus pauvres cousaient les sous-vêtements et les chemises pour les riches comme une source de revenus honteuse.
Début du XIXe siècle, madame. Mary Lamb - dans un
magazine féminin
– s’exprimait contre la couture des chemises par la bourgeoisie. Ont ne pouvaient comme-même pas voler le gagne-pain des pauvres ?! Selon un rapport de police en 1849, la couture d'une chemise fut payé deux livres. A peine un  pourboire !
boete hemd
 
“ Apparence - L'apparence est tout, mon ami “. Ce sont les paroles de Boris, l'homme à la vie de chien dans le livre Down and Out in Paris and London de  George Orwell , éternellement à la recherche d’un emploi . Boris dit: “Donnez-moi un
nouveau costume
et un col chemise et je vous offre mille francs au dîner. Penses-tu que j'ai l'air pauvre maintenant, mon ami , sans chemise sur moi?